Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

T.A.F.T.A.

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mardi 11 Avril 2017 : Soirée-Débat « Le bien-vivre simplicitaire » au Québec


Derniers articles


Mais pourquoi donc une troisième ligne de métro à Toulouse ?


TOULOUSE (toujours ?) explosive


Jeudi 6 Avril 2017 : Projection-débat "AT(h)OME"


Jeudi 16 Mars 2017 : Conférence-débat "Quels transports pour Toulouse Métropole ?"


Samedi 18 Février 2017 : Manifestation de Stop Mine Salau


Une bonne nouvelle : Victoire contre l’évasion fiscale !



Lundi 30 janvier 2017 : Projection "LA COLÈRE DANS LE VENT"




à 20 h 30 au cinéma Americain Cosmograph (24 rue Montardy – 31000 Toulouse)

LA COLÈRE DANS LE VENT

“Dans ma ville d’origine Arlit, au Nord du Niger, Areva exploite l’uranium depuis 1976...

Projection unique suivie d’une rencontre avec les membres de Survie 31 et Marc St Aroman / Daniel Roussée du Réseau Sortir du Nucléaire. (achetez vos places à partir du 21/01)

Réalisateur : Amina Weira

« Dans ma ville d’origine Arlit, au Nord du Niger, Areva exploite l’uranium depuis 1976. Aujourd’hui, une bonne partie de cette région, balayée par les vents de sable, est contaminée. La radioactivité ne se voit pas et la population n’est pas informée des risques qu’elle encourt. Cette exploitation a complètement désorganisé la vie de la population. Une partie de l’année, de violents vents de sable enveloppent entièrement la ville. Ce vent de poussière propage des substances radioactives. Chacun cherche un abri. La ville devient calme, toutes les activités sont stoppées. Mon père, travailleur de la mine d’uranium en retraite, est au cœur de ce film. Il va dépoussiérer ses souvenirs, les 35 années de son passage à la mine. Grâce à lui, je vais à la rencontre d’autres anciens travailleurs qui ont certainement leur mot à dire. » Amina Weira

Par le biais de son père, ancien minier à la retraite, la jeune réalisatrice Amina Weira va à la rencontre d’une population contrainte à vivre sur un territoire contaminé à vie et privatisé par une multinationale : Areva. Elle montre quelles sont les conséquences de cette exploitation minière sur les gens, pris dans un dilemme cornélien entre cette mine qui les fait vivre et ce pillage pur et simple des ressources naturelles, qui a des conséquences désastreuses sur leur propre santé. Elle montre aussi la puissance du groupe Areva face à la faiblesse des autorités d’un pays, déséquilibre dont les premières victimes sont, vous l’aurez compris, les habitants de la région concernée. https://www.american-cosmograph.fr/... http://survie31.over-blog.com/2017/...


Publié le dimanche 29 janvier 2017.

Version imprimable de cet article Version imprimable