Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

T.A.F.T.A.

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mardi 11 Avril 2017 : Soirée-Débat « Le bien-vivre simplicitaire » au Québec


Derniers articles


Mais pourquoi donc une troisième ligne de métro à Toulouse ?


TOULOUSE (toujours ?) explosive


Jeudi 6 Avril 2017 : Projection-débat "AT(h)OME"


Jeudi 16 Mars 2017 : Conférence-débat "Quels transports pour Toulouse Métropole ?"


Samedi 18 Février 2017 : Manifestation de Stop Mine Salau


Une bonne nouvelle : Victoire contre l’évasion fiscale !



Lundi 21 Septembre 2015 : Conférence avec Marc DUFUMIER à LISLE sur TARN




Le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du TESTET organise la conférence-débat avec Marc DUFUMIER

« Crises agricoles et alimentaires : comment la bio peut nous sauver »

L’agriculture productiviste fait à nouveau la Une de l’actualité avec sa énième crise économique et sociale, cette fois-ci chez les éleveurs. Au prétexte d’être encore plus compétitifs sur le marché mondial (en externalisant les coûts sociaux et environnementaux) et de « devoir nourrir le monde », certains prônent d’aller encore plus loin vers une agriculture industrielle et chimique. Pourtant, en 2050, les neuf milliards d’êtres humains qui peupleront la planète pourront se nourrir... grâce à l’agriculture biologique. Celui qui l’affirme n’est pas un doux rêveur. C’est Marc Dufumier, un agronome de réputation mondiale qui a observé en France et dans le reste du monde le bon fonctionnement des systèmes agro-écologiques ; et les dysfonctionnements des systèmes " productivistes ". Famines, malbouffe, dégâts environnementaux, désertification des campagnes : tel est le bilan, désastreux, de nos systèmes agricoles exagérément spécialisés, mécanisés, chimisés ".

Dans l’inconscient collectif, cette agriculture " moderne " reste pourtant la seule capable de nourrir la planète et de rémunérer correctement les paysans. Mais ce livre prouve que cette croyance ne résiste pas à l’épreuve du terrain. L’agriculture " productiviste " est pour les paysans comme pour le consommateur un choix chaque jour plus risqué, tandis que la conversion à l’agro-écologie devient chaque jour plus raisonnable. Qualité des aliments, respect de l’environnement et - contrairement aux idées reçues - garantie voire amélioration des rendements : le bio n’est pas un caprice de bobo. C’est plus que jamais la voie d’avenir.

Si Marc Dufumier décide aujourd’hui de s’adresser au grand public c’est parce qu’il y a urgence : la mutation vers le bio prend du temps et les déséquilibres agricoles actuels vont aller en s’accentuant, avec des conséquences directes sur notre quotidien. Nous mangeons mal et abîmons nos campagnes parce que nos systèmes de production sont malsains. Nous subissons une forte pression migratoire aux frontières de l’Europe parce que le Sud n’arrive plus à fixer ses paysans dans les campagnes. Insécurité alimentaire, insécurité environnementale, insécurité géopolitique : il n’y a plus de temps à perdre pour remettre l’agriculture sur les bons rails. Marc Dufumier, est un agronome et enseignant-chercheur français à la chaire d’agriculture comparée et de développement agricole à AgroParisTech qu’il a dirigée de 2002 à sa retraite en 2011, et où il fut le successeur de René Dumont et de Marcel Mazoyer. Il a été impliqué dans la formulation, la mise en œuvre et l’évaluation de nombreux projets et programmes de développement agricole, en France comme à l’étranger, notamment dans les pays du Sud (tiers-monde).


Publié le mardi 1er septembre 2015.

Version imprimable de cet article Version imprimable