Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

T.A.F.T.A.

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mardi 11 Avril 2017 : Soirée-Débat « Le bien-vivre simplicitaire » au Québec


Derniers articles


Mais pourquoi donc une troisième ligne de métro à Toulouse ?


TOULOUSE (toujours ?) explosive


Jeudi 6 Avril 2017 : Projection-débat "AT(h)OME"


Jeudi 16 Mars 2017 : Conférence-débat "Quels transports pour Toulouse Métropole ?"


Samedi 18 Février 2017 : Manifestation de Stop Mine Salau


Une bonne nouvelle : Victoire contre l’évasion fiscale !



Alerte ! Les permis de recherche d’hydrocarbures toujours en cours d’instruction !




Comme l’année dernière au mois de mars pour le Permis de Beaumont de Lomagne [1], nous apprenons que les demandes des Permis Exclusifs de Recherche d’Hydrocarbures liquides ou gazeux, de Mirande et Eauze sont en cours d’instruction. Ils ont même passés les 2 premières phases de recevabilité par la Dréal (Direction régionale de l’environnement et de l’aménagement du logement) et de mise en concurrence. Ces demandes ont été présentées aux services administratifs locaux et aux préfets des départements concernés, pour avis, avant leur dernière étape pour avis du Conseil Général de l’Industrie de l’Energie et des Technologies qui accorde ou rejette les demandes.

Pour rappel le pétitionnaire est une société australienne Gas2grid qui a déposé ses demandes en 2010. Le Permis de Mirande couvre 3642 km2 sur 4 départements : l’Ariège : la Haute-Garonne, le Gers et le Hautes-Pyrénées. Le Permis d’Eauze, qui prolonge celui de Mirande, couvre 3 172km2 sur 4 départements : la Haute-Garonne, le Gers, un petit bout des Landes et un peu du Tarn-et-Garonne. Si on ajoute les permis déjà accordés ou renouvelés, nous sommes près de 9 000km2 pour notre Région.

Même si le pétitionnaire promet de ne pas utiliser la fracturation hydraulique pour ces recherches, quand il dit vouloir forer à 2500m de profondeur, nous ne pouvons qu’être méfiants. Par ailleurs, les recherches conventionnelles de pétrole ou de gaz, peuvent avoir des nuisances non négligeables : occupation d’espace par l’implantation des puits de forages, acheminements de matériels lourds, bruits, fuites de gaz et remontées de fluides qui peuvent contaminer les nappes phréatiques…. Veut-on faire de notre territoire un nouveau Texas ?

Plus que jamais nous devrons nous mobiliser car, malgré une réforme cosmétique du « Code Minier », les populations et leurs élus ne sont pas consultés. L’enquête publique n’interviendra que lorsque les permis seront accordés au moment de l’ouverture des travaux

Allez rencontrer vos élus et montrez leur les cartes que vous trouverez à la page des permis de Midi-Pyrénées.

[1] La demande de permis de Beaumont de Lomagne avait été rejeté le 26 septembre 2012 après une très forte mobilisation des populations et des élus des départements concernés


Publié le lundi 1er avril 2013.

Version imprimable de cet article Version imprimable