Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

T.A.F.T.A.

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 24 Mai 2017 : soirée débat “Robotisation, Automatisation et CHOMAGE”


Derniers articles


Dimanche 30 avril 2017 : Rassemblement à Golfech


Mais pourquoi donc une troisième ligne de métro à Toulouse ?


TOULOUSE (toujours ?) explosive


Où en est le 3ème Procès AZF ?


Jeudi 6 Avril 2017 : Projection-débat "AT(h)OME"


Mercredi 10 Mai 2017 : Soirée-débat "Quel avenir pour Golfech ?"



Obsolescence programmée : « Les dessous de la high-tech »




par Rose Frayssinet

Le 8 décembre dernier nous vous invitions à nous rejoindre pour une action de rue à Toulouse afin de dénoncer l’obsolescence programmée, en particulier des produits high-tech, et des conséquences que leur surconsommation, leur production, leur fin de vie, entraînent : destruction de l’environnement, pillage des ressources, conditions de travail indignes, exportation des déchets. Un grand merci à ceux qui sont venus nous soutenir malgré le froid. Notre action a été très médiatisée et nous avons pu apporter ces informations mais aussi des solutions pour limiter la casse. Parallèlement les Amis de la Terre France finalisaient un nouveau site www.dessousdelahightech.org. Y sont détaillés tous les points ci-dessus de façon ludique avec dessins, textes didactiques, vidéos de 2 à 4 minutes, très parlantes. Pour faire pression sur les politiques, n’oubliez pas de signer la pétition ! Et pour ceux qui n’ont pas Internet, un zoom sur un des volets que nous avons développés : La surconsommation des produits high-tech qui dévaste la planète.

Nous vivons sur une planète finie, les ressources naturelles s’épuisent  : avec une croissance de 2% par an, les réserves d’indium et d’étain seront épuisées en 10-20 ans, celles de cuivre, plomb, nickel, argent, zinc, en 30 ans, le fer et l’aluminium en 70-80 ans. Programmés pour être rapidement obsolètes, les gadgets électroniques, ordinateurs et téléphones portables, smartphones, appareils photos, écrans LCD… contiennent de nombreux métaux.

L’extraction de ces métaux est consommatrice de ressources naturelles aux lourdes conséquences environnementales, et sociales.

- Le lithium, un nouvel or blanc pour les industriels, mais une nouvelle calamité pour les communautés locales . Les principales sources pour les batteries au lithium se situent au Chili. Le lithium est extrait dans le désert d’Atacama qui est un des plus arides au monde. Or l’extraction du lithium nécessite d’importantes quantités d’eau. Cette eau prélevée dans la nappe phréatique, elle n’est ni récupérée ni réinjectée. Cette pression autour de la ressource en eau menace les populations et tout un écosystème très fragile.

-  Les terres rares : l’hypocrisie des pays développés. Il existe de nombreux gisements de terres rares mais leur extraction est difficile, coûteuse et extrêmement polluante : destruction sévère de la végétation ainsi qu’une dégradation importante des sols et de la qualité des eaux. Les pays développés ne veulent pas de ça chez eux. La Chine, qui détient 37 % des réserves mondiales, contrôle 97 % de leur exploitation.

-  Le coltan, dont on extrait le tantale : en raison de l’explosion de la demande, le tantale est deux à trois fois plus rentable que l’or. Le coltan est majoritairement présent en Afrique centrale. Son exploitation, souvent illégale est une des raisons des affrontements en République Démocratique du Congo. Elle a entraîné déforestation, déplacement des populations, abandon des activités agricoles et d’élevage, abandon scolaire, inflation des prix alimentaires, travail des enfants de 12 ans voire 10 ans. Cette exploitation s’accompagne aussi de très graves atteintes à l’environnement.

-  L’étain exploité sur l’île de Bangka en Indonésie a de lourds impacts environnementaux et sociaux . Accaparement des terres agricoles et des forêts, dégradation des récifs coralliens et déplacements des communautés locales. Les mines d’étain ont détérioré 65% des forêts et 70% des récifs coralliens et contaminé 15 rivières. Utilisé principalement dans le secteur de l’électronique pour les soudures des composants, notamment dans les smartphones, son exploitation met en péril l’accès à l’eau potable de la moitié de la population d’Indonésie.

Quelques chiffres :
- 16 kg de matières premières sont nécessaires pour produire une puce de 1 gramme ;
- 1 téléphone portable peut contenir plus de 40 métaux différents ;
- 40 téléphones portables contiennent autant d’or que 1t de minerai extrait d’une mine d’or ;
- aujourd’hui les cartes électroniques contiennent plus de 45 métaux contre 10 en 1980.


Publié le jeudi 21 février 2013.

Version imprimable de cet article Version imprimable