Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

T.A.F.T.A.

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 24 Mai 2017 : soirée débat “Robotisation, Automatisation et CHOMAGE”


Derniers articles


Dimanche 30 avril 2017 : Rassemblement à Golfech


Mais pourquoi donc une troisième ligne de métro à Toulouse ?


TOULOUSE (toujours ?) explosive


Où en est le 3ème Procès AZF ?


Jeudi 6 Avril 2017 : Projection-débat "AT(h)OME"


Mercredi 10 Mai 2017 : Soirée-débat "Quel avenir pour Golfech ?"



LA FONTIÉ : VIVRE SUR UNE TERRE COMMUNE




Les Amis de la Terre Midi-Pyrénées relaient l’information suivante :

Nous sommes un groupe intergénérationnel de 9 personnes (de moins de 30 à plus de 60 ans) qui projetons l’acquisition en commun d’une terre et de bâtiments agricoles et d’habitation.

Ce lieu sera à la fois terrain d’expérimentation et d’apprentissage, terroir porteur d’histoires anciennes et de rêves à venir, territoire dont nous aspirons à devenir non pas les propriétaires, mais avec d’autres, les continuateurs et les responsables. Il s’agit pour nous de retrouver, en remettant les pieds sur terre, une existence basée sur l’autonomie collective, l’entraide, la simplicité, la joie de vivre et pour tout dire d’opérer une reprise de pouvoir sur nos vies engluées dans les progrès de l’enfermement ambiant.

Ensemble nous aspirons à habiter La Fontié , en permettant à ce territoire d’échapper au risque d’une privatisation ultérieure, en poursuivant sa préservation et sa capacité à demeurer une terre nourricière et accueillante et à être le terreau de nouvelles pratiques.

Nous voulons y mener des activités paysannes, en rupture avec les logiques industrielles, dans un cadre coopératif.

Ces activités auront pour but principal de procurer aux habitants et coopérants une autonomie alimentaire, la plus complète possible. Accessoirement, elles permettront de faire face aux frais de fonctionnement et d’entretien. Insérées dans un ensemble plus large de productions diverses, d’entraides, d’échanges et de solidarités avec des paysans et habitants de la région, elles viseront à favoriser l’accès à la terre, la diffusion de savoir et de pratiques culturales, pastorales, éducatives, sanitaires, festives et politiques. Elles s’intègrent dans un mouvement qui s’enracine dans de multiples lieux dans le monde pour favoriser l’ouverture sur d’autres horizons de vie, mouvement qui s’attache partout à reconstruire du commun avec ceux qui désirent se sentir co-responsables du territoire qu’ils habitent et qui les nourrit. A ces fins les habitants de la Fontié s’associeront avec toutes celles qui le souhaitent dans une coopérative en charge des terres communes et de ce qui y poussera.

La Fontié est située sur la commune de Busque, près de Graulhet, dans le Tarn. Le paysan qui la met en vente vient de cesser son activité d’agriculteur. Le domaine se répartit à peu près de la façon suivante : 23 hectares de terres cultivables (pour la plupart assez pauvres, travaillées pendant plusieurs décennies en « bio »), 20 hectares de bois et de landes. L’ensemble forme un cirque, ouvert sur le sud, avec vue sur les Pyrénées par temps clair. Le bâti consiste en une maison principale, habitable immédiatement, une maison ancienne (en torchis) inoccupée depuis les années 1970, plus des bâtiments à usage agricole. Une grange attenante à la maison principale, un pigeonnier, ainsi que deux autres bâtisses peuvent être réaménagées en habitation. Deux sources permanentes, dont l’une raccordée à la maison, apportent suffisamment d’eau pour boire et arroser. Le chauffage central fonctionne au bois, abondant sur le domaine. Un panneau solaire permet d’obtenir de l’eau chaude.

Les principaux « ateliers de production » (visant à l’autonomie) seront un grand potager, un poulailler, un verger (déjà existant en partie, il permettra le démarrage d’activités de transformation et de conserve), un champ de blé , avec un four pour le pain, une milpa (champ dédié à la culture traditionnelle du maïs, associée aux haricots, courges, tomates, physalis et autres plantes), une plantation d’herbes médicinales et aromatiques, de saule pour l’osier, plus un petit troupeau de brebis et chèvres, pour l’entretien des terres, la fabrication de fromage, l’utilisation de la laine...

A la Fontié il a poussé naguère de la vigne, et nous envisageons en replanter. Plusieurs vignerons de la région sont sollicités pour nous aider, car nous comptons bien apprendre les rudiments et, avec ceux que cela intéresse, faire notre vin.

Les 20 hectares ou presque de bois sont à éclaircir et entretenir. Chênes, acacias, châtaigniers pourront servir à la construction .

Le respect de la nature (bien préservée à la Fontié), et la recherche d’autonomie sur le plan énergétique nous amèneront à installer rapidement toilettes sèches et système de phytoépuration des eaux grises, ainsi qu’à réfléchir à l’utilisation de petites éoliennes, de la biomasse, etc.

Enfin, nous prévoyons l’installation d’un « camping à la ferme » ou autre « accueil paysan ».

Cet accueil, associé à la mise en place d’un espace documentaire, permettra à la Fontié de devenir un lieu de rencontres, de mémoire, de recherche et de création. Un outil pour des individus cherchant à acquérir les moyens de reconstruire une vie désirable. La Fontié prendra ainsi sa place, comme un nouvel élément de l’« Université Paysanne » que nous voyons se tisser peu à peu dans nos régions.

Quelques précisions sur les principes de fonctionnement et les modalités juridiques

- La forme juridique pour assurer la pérennité de ce projet dans le temps est une association loi 1901, la coopérative paysanne du Dadagout. Grâce aux contributions qu’elle recevra, cette association participera à l’acquisition du lieu et impulsera le développement des activités nourricières et politiques sur la Fontié.

- Nous prévoyons que l’acquisition intervienne lorsque la coopérative aura recueilli l’équivalent de la moitié du prix estimé des terres soit cinquante mille euros. Pour faciliter et accélérer le lancement du projet, et notamment son montage financier, une SCI (société civile immobilière) est en voie de constitution ; elle permettra l’acquisition du bâti et de la terre grâce notamment aux apports substantiels des premiers habitants du lieu (et des autres personnes ou groupes qui le désirent), apports complétés par celui de la coopérative paysanne du Dadagout. L’idée étant que la coopérative devienne au fil du temps le principal propriétaire de la Fontié (cette transition s’opérant par la cession de parts, sous forme de dons ou de ventes des premiers actionnaires vers la coopérative).

- Ce projet est avant tout un projet d’usage commun de la terre ouvert au nombre le plus large possible de coopérants. Il concerne également l’habitabilité d’un territoire. En ce qui concerne l’habitation sur le lieu, les capacités étant limitées, la possibilité d’accueillir de nouveaux habitants sera étudiée à mesure des circonstances et de l’avancement du projet.

- La terre ne pourra être ni vendue ni morcelée.

Pour atteindre la première étape (l’acquisition) du projet de terre commune à La Fontié, il nous manque encore un peu d’argent...

Nous avons décidé de ne pas faire appel aux banques. Mais nous sommes confiants : d’abord parce que de nombreuses personnes partagent ces quelques idées (toutes simples) qu’il faut, d’une façon réelle plutôt que virtuelle, remettre les pieds sur terre, diluer la propriété privée dans le bien commun, rechercher les moyens de l’autonomie alimentaire, énergétique, etc, reconstruire des liens de solidarité, partager les savoirs qui se rattachent à toutes ces questions...

Ensuite parce que plusieurs paysans de la région, en premier lieu celui qui nous vend sa ferme, sont prêts à nous soutenir fermement dans cette aventure.

Pour résumer notre situation « financière » :

1/ Des parts sont disponibles dans la SCI (Société Civile Immobilière) qui va acquérir la nue-propriété de la terre et du bâti. Ces parts sont de 500 euros chacune. A ce jour (24 octobre), il reste à en « placer » une petite trentaine.

2/ L’association coopérative paysanne du Dadagout, qui louera dans un premier temps les terres (afin de couvrir les charges) et s’occupera des activités sur celles-ci, a besoin de contributions financières. Celles-ci sont d’un montant de 50 euros chacune.

Rappelons qu’à terme le projet est que la coopérative devienne la véritable propriétaire du foncier.

Merci d’avance pour votre intérêt ou participation,

Pour nous joindre appelez Angèle ou Jean-Pierre au 05 61 61 53 30 ou Claire ou Pascal au 05 67 87 80 38 ou Sandra ou Jean au 05 63 58 57 36 ou Renaud au 05.63.42.11.17 ou croisez Bertrand ou Stéphanie, ou écrivez-nous à lafontie (chez) laposte (point) net ou rejoignez nous en quelque occasion

Une nouvelle visite de La Fontié est prévue pour le 11 novembre.


Publié le jeudi 8 novembre 2012.

Version imprimable de cet article Version imprimable